À la découverte des membres du C.A. : Sylvie Gagnon

À la découverte des membres du C.A. : Sylvie Gagnon

Cette série d’articles permet de mettre en lumière le parcours des membres du conseil d’administration d’Audition Québec pour 2021-2022, ces personnes qui travaillent et soutiennent l’organisme, en vous offrant leur voix. Les membres du C.A. représentent les membres d’Audition Québec. Ils sont là pour parler en leur nom, en votre nom, afin que les services offerts par l’organisme correspondent aux besoins des membres et soient utiles. Cet article vous fera découvrir le parcours de Sylvie Gagnon, secrétaire au Conseil d’administration.

Enseigner avec la perte auditive

Sylvie a enseigné pendant plus de 30 ans la psychologie au Cégep de l’Abitibi-Témiscamingue. À l’âge de 36 ans, après avoir réalisé qu’elle n’entendait plus aussi bien les élèves assis au fond de la classe lorsqu’ils posaient des questions, Sylvie a décidé de consulter un audiologiste, qui lui a appris qu’elle avait une surdité bilatérale légère. Cela ne l’a pas empêché de poursuivre sa carrière pendant plusieurs années, jusqu’à ce que sa perte auditive atteigne un niveau modéré à sévère et que les acouphènes se joignent à la partie.

Avec son baccalauréat en psychologie et sa maîtrise en psychoéducation, Sylvie a choisi de se servir de ses connaissances pour redonner à la communauté et aux personnes qui vivent une situation similaire à la sienne. Ainsi, comme elle ne pouvait plus enseigner, Sylvie a décidé, d’une part, de prendre soin d’elle, mais également donner de son temps pour aider les personnes qui vivent avec une perte auditive et sensibiliser la population à la perte auditive.

De Sourdine à Audition Québec

La découverte de l’organisme par Sylvie part d’abord et avant tout de sa découverte de la revue Sourdine, qui était disponible dans la salle d’attente chez son audiologiste. « La revue était tellement belle, tellement attrayante, » soutient-elle, en ajoutant qu’elle trouvait également les articles fort intéressants. C’est donc grâce à un coupon d’abonnement à l’intérieur de la revue que Sylvie a pu s’abonner à la revue et, par conséquent, à Audition Québec.

Outre les articles instructifs fournis par la revue Sourdine, Sylvie soutient que la pandémie a joué un rôle important dans sa connaissance de l’organisme. En effet, elle croit que si ce n’avait pas été de celle-ci, elle n’aurait peut-être jamais reçu d’invitation pour les cafés-rencontres et ne serait pas tombée sous le charme de la cause et de l’organisme comme tel. C’est donc en août 2020 que Sylvie a rejoint l’équipe du Conseil d’administration.

« La cause vient me toucher directement »

Par son implication, Sylvie espère pouvoir aider les personnes qui vivent avec la perte auditive grâce notamment à son expérience et son empathie. Avec ces outils, elle croit qu’elle sera en mesure d’aider les personnes malentendantes à mieux accepter que leur perte auditive. Elle souhaite d’ailleurs apporter sa contribution dans le projet mentorat afin de poursuive cette ambition et par le même fait, contribuer à offrir des services dans sa région, en Abitibi, puisqu’aucun organisme régional n’est présent pour la communauté malentendante de la région. Sylvie croit que le contact et les relations entre personnes malentendantes peuvent être bénéfiques pour l’entraide et pour les amitiés que cela peut apporter. « J’aimerais ça être capable de faire ça ici, » dit-elle, en parlant de l’Abitibi.

Parallèlement, Sylvie croit qu’il y a également du travail de sensibilisation à faire pour mieux faire connaître et comprendre la perte auditive à tous. « Faut se battre tous les jours, c’est difficile, » déclare-t-elle en parlant de la méconnaissance des stratégies de communication à adopter avec les personnes malentendantes. À travers la Journée nationale de l’audition de 2022, elle espère contribuer à cette sensibilisation en offrant à nouveau une conférence, comme elle a eu la chance de le faire lors de l’édition de cette année.

Un mot pour vous

Pour conclure, Sylvie parle des membres du C.A. comme d’une belle équipe sympathique et motivante. Elle apprécie l’atmosphère qui règne dans l’équipe et le fait que, contrairement au monde professionnel, il n’y a pas de compétition, « on est là pour la cause, » affirme-t-elle. Ainsi elle invite les personnes intéressées à se joindre à cette communauté. En effet, sans entrer dans la stigmatisation, elle considère qu’il est bénéfique pour l’acceptation de sa perte auditive d’avoir la chance de s’entourer de personnes qui vivent une situation similaire et qui peuvent comprendre ce que l’on vit et aussi nous aider avec des astuces.

Elle mentionne également que personne n’est à l’abri de la perte auditive et donc de bien connaître les outils disponibles et prendre conscience de l’importance d’une bonne santé auditive est primordial. Pour terminer, elle assure que tous sont les bienvenus et qu’Audition Québec est là pour toutes les personnes en ressentant le besoin à travers la province. « Avec le virtuel, on peut rassembler des gens » et ce, sans frontière ni limite.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page Aller au contenu principal