Une communication sans entraves pour les personnes ayant une perte d’auditive

Sans une aide à l’accessibilité appropriée, les personnes ayant une perte auditive peuvent être confrontées à de nombreux défis. Le droit à une communication claire et accessible est crucial et a une incidence sur de nombreux aspects de notre vie quotidienne.
Les Services canadiens de l’ouïe proposent plusieurs produits et services qui aident les personnes sourdes ou malentendantes à surmonter ces obstacles.

Les pairs aidants, ces héros

Le programme Pairs Aidants Réseau (PAR) promeut l’embauche de pairs aidants au sein des services de santé mentale au Québec en offrant formation, réseautage et coaching et ainsi, soutenir leur intégration dans les équipes de soin. Audition Québec est fier partenaire du développement de PAR avec le programme de mentorat en audition. Les pairs aidants jouent un rôle important pour contrer l’isolement social, un des plus importants défis vécus par les personnes malentendantes.

Le programme de mentorat : une perspective psychosociale

Le programme de mentorat par les pairs en audition vise à améliorer les compétences dont les personnes en processus de perte d’audition ont besoin pour gérer le plus efficacement possible leur perte auditive au quotidien. Le but ultime est le maintien d’une vie active et l’amélioration de la communication avec les autres.

Solange Ouellette : Un témoignage d’une mentor

Solange Ouellette a été mentor dans le cadre du programme de mentorat par les pairs. Elle pense avoir aidé ses deux mentorées en leur permettant, à travers leurs interactions, d’accéder à l’information dont elles avaient besoin. Solange raconte son parcours.

Le New York Times sensibilise ses nombreux lecteurs aux impacts de la surdité

De nouvelles études ont démontré une association claire entre une perte auditive non traitée et un risque accru de démence, de dépression, de chutes et même de maladies cardiovasculaires. Des chercheurs de Johns Hopkins Bloomberg School of Public Health ont découvert qu’une perte auditive non traitée augmentait le risque de développer une démence de 50% et une dépression de 40% et ce, en seulement cinq ans. Focus sur cet article du New York Times et la situation de la perte auditive aux États-Unis.

Expérience d’une malentendante au cinéma

Roselyne Landry a grandi près d’une vieille salle de cinéma qui a nourri son enfance de westerns, de films d’action pour adolescents et de films sur Elvis Presley. Pour elle, le cinéma est depuis toujours une passion dévorante qui la stimule, la divertit, la
fait voyager et l’aide à vivre avec mon handicap auditif. Témoignage.

Êtes-vous isolés socialement?

Les personnes atteintes de déficience auditive attendent sept à dix ans avant de consulter un spécialiste. Pendant ce temps, l’audition se dégrade. Mais pourquoi attendre si longtemps? La réponse de Daniel Morel.

La Culture Sourde en lettres majuscules

Entendante, l’anthropologue Nathalie Lachance était consciente de ses a priori quand elle a commencé à étudier la communauté sourde du Québec et qu’elle a compris la vision et la représentation du monde de la personne sourde. Entrevue avec celle qui dit être maintenant une meilleure anthropologue.

Le mentorat pour briser l’isolement social

Ayant développé de saines habitudes de vie en lien avec sa perte auditive, le mentor devient un modèle positif pour son mentoré, redonnant à ce dernier un espoir d’amélioration de sa condition de santé ou de sa qualité de vie. Détails sur l’état d’esprit d’un programme de mentorat.

Combattre le sentiment d’isolement

La personne sourde ou malentendante doit composer avec la surdité et les limites de la communication. Elle est souvent plus à l’aise dans les relations un à un et peut vivre de l’isolement sur le plan social. Miriam Gauvreau réfléchit à des moyens de combattre le sentiment d’isolement.

Biographie : Solange Ouellette

Faire découvrir aux autres la lecture labiale est au cœur de la mission que s’est donnée Solange Ouellette, cette dame dynamique qui vit avec une perte auditive depuis l’enfance. Solange raconte son parcours de vie… et certaines anecdotes fascinantes!

Une mobilisation européenne

Huit grandes organisations ont décidé de se mobiliser et d’interpeller l’Union Européenne et chacun des pays qui en sont membres pour, entre autres, promouvoir une vision de la santé auditive et partager les meilleures pratiques en matière de prévention, de diagnostic et de réadaptation. Tout un programme! Qu’attendons-nous pour créer une telle coalition au Québec?

La communication, ça se fait à deux…

Les membres de l’entourage (conjoint, enfant ou ami) sont des individus significatifs pour la personne ayant un problème auditif et ils peuvent donc devenir des partenaires de communication.

Témoignage : s’aimer comme on est – partie 3

Nancy McLaughlin est la première enfant du Nouveau-Brunswick à avoir reçu un implant cochléaire, à Québec, avec le célèbre docteur Pierre Ferron. Elle se livre avec beaucoup de courage et d’honnêteté sur un sujet rarement abordé : la rencontre de l’amour.

Témoignage : s’aimer comme on est – partie 2

Son premier chum a fini par lui avouer qu’il n’était pas à l’aise avec le fait qu’elle soit sourde. Nancy McLaughlin raconte comment, durant leur troisième année de fréquentation, elle a eu un moment de clarté au sujet du comportement de son amoureux. C’était dans un magasin. Le vendeur s’approche d’elle…

Témoignage : s’aimer comme on est – partie 1

Nancy McLaughlin raconte que c’est en deuxième année qu’elle a perdu son
audition et qu’elle a déménagé temporairement à Québec pour l’opération et la réadaptation avec son implant. Et puis, un premier amour à 15 ans…

Quand la patience est passée, je n’étais pas née!

Le conjoint de Louise Dufour, lui aussi, a besoin de patience. Combien de fois dans une journée de jeunes retraités le fait-elle répéter, soit parce qu’il est dans un mauvais angle par rapport à la lumière, soit parce que la sécheuse marche ou pire, soit parce qu’elle essaie de faire deux choses à la fois alors qu’elle a besoin de toute sa concentration pour écouter. Témoignage.

Comprendre le monde qui m’entoure

Louise Dufour a pris plusieurs années avant de comprendre le sens des bénéfices d’une maladie ou d’un handicap. Elle a mis beaucoup de résistances. Témoignage.

Aller au contenu principal