Personnalités sportives sourdes ou malentendantes

Jim Kyte est le premier joueur sourd de la Ligue nationale de hockey (NHL). À l’âge de trois ans, on a découvert chez lui une condition héréditaire causant une perte dégénérative de l’audition. Incapable d’entendre le bruit des patins sur la glace, il utilisait les reflets dans les baies vitrées et scrutait continuellement la patinoire pour localiser les opposants. Découvrez 12 autres personnalités sportives sourdes ou malentendantes.

Faciliter le quotidien d’une personne malentendante

Dans le cadre du mois de l’ouïe et de la communication, les gagnants de notre concours « Devenez ambassadeurs d’Audition Québec » nous invitent à leur faciliter la vie en faisant preuve de patience et d’empathie.

Les défis au quotidien d’être une personne malentendante

Dans le cadre du mois de l’ouïe et de la communication, les gagnants de notre concours « Devenez ambassadeurs d’Audition Québec » nous parlent des défis d’être une personne malentendante au quotidien, avant la pandémie et après. Témoignages de Geneviève Parent, Maude Bergeron, Antoine Savard et Jean-Louis Hébert.

Du talent et de la persévérance

Le 20 janvier 2021, des spectateurs du monde entier de la cérémonie d’investiture du président des États-Unis, Joe Biden et de la vice-présidente Kamala Harris, ont entendu les vers du poème The Hill We Climb récités sans faille par la jeune et talentueuse Amanda Gorman. Derrière cette interprétation se cachent beaucoup d’efforts : Amanda Gorman a un trouble de la parole et un trouble du traitement auditif.

Les pairs aidants, ces héros

Le programme Pairs Aidants Réseau (PAR) promeut l’embauche de pairs aidants au sein des services de santé mentale au Québec en offrant formation, réseautage et coaching et ainsi, soutenir leur intégration dans les équipes de soin. Audition Québec est fier partenaire du développement de PAR avec le programme de mentorat en audition. Les pairs aidants jouent un rôle important pour contrer l’isolement social, un des plus importants défis vécus par les personnes malentendantes.

Suzanne Monette : Un témoignage d’une mentorée

Avant sa retraite, Suzanne Monette était éducatrice dans une école pour les sourds. C’est avec ses petits-enfants qu’elle a compris que sa perte auditive s’était aggravée. C’est alors que le projet Mentorat est arrivé dans sa vie. Sa mentor l’a incitée à se
procurer l’appareillage dont elle avait besoin. Suzanne et sa mentor sont encore en contact!

Tu aimes la musique… Mais tu es sourd.e !

Tina Childress entend la musique, peut écouter la musique, mais l’apprécier n’est pas automatique. Audiologiste, Tina a grandi avec la musique : piano, violoncelle, clarinette, percussions. À 29 ans, elle a commencé à perdre son audition à cause d’une maladie auto-immune de l’oreille interne. Aujourd’hui audiologiste et implantée cochléaire, Tina témoigne de ce que la musique est pour elle et donne des conseils.

La perception de la musique

La plupart des gens pensent que les personnes sourdes ne peuvent pas profiter de la musique, mais c’est une idée fausse courante. À ce jour, la majorité des personnes dans la communauté des sourds déclarent participer à des activités musicales. Andréanne Sharp travaille au développement d’outils de réadaptation permettant d’améliorer la perception musicale et de nouvelles aides compensatoires utilisant les autres sens.

Expériences musicales dans un projet exploratoire

L’idée que les personnes sourdes ne pourraient pas apprécier la musique est une perception courante dans les sociétés où l’audisme est très présent. Les préjugés auxquels sont exposées les personnes sourdes relativement à leur (in)accès à la musique tendent à être réducteurs et oppressants. Pourtant, la musique joue depuis longtemps un rôle important dans plusieurs cultures sourdes. Une recherche exploratoire menée auprès des deux principales communautés sourdes signeures de Montréal montre les idées reçues sur les expériences de la musique des personnes sourdes méritent d’être reconsidérées.

T’es où, genre ?

Qu’en est-il de leur réalité de jeunes adultes sourds ou malentendants ? Qu’est-ce qu’avoir une surdité à 20 ans et toutes ses dents ? L’audiologiste Tamara Martinez livre ce texte d’opinion sur sa génération.

Le New York Times sensibilise ses nombreux lecteurs aux impacts de la surdité

De nouvelles études ont démontré une association claire entre une perte auditive non traitée et un risque accru de démence, de dépression, de chutes et même de maladies cardiovasculaires. Des chercheurs de Johns Hopkins Bloomberg School of Public Health ont découvert qu’une perte auditive non traitée augmentait le risque de développer une démence de 50% et une dépression de 40% et ce, en seulement cinq ans. Focus sur cet article du New York Times et la situation de la perte auditive aux États-Unis.

Surdité professionnelle : cap sur la prévention

La protection auditive est inexistante ou inadéquate, le temps d’exposition au bruit est trop important, l’intensité sonore est trop élevée, le travailleur présente certaines prédispositions? La surdité professionnelle, cap sur la prévention! Un guide de deux pages des points à retenir quant à la prévention de la surdité au travail.

Le sous-titrage : essentiel!

Le sous-titrage est un service essentiel à la population sourde et malentendante. Le sous-titrage codé s’est largement répandu et grandement amélioré… même en français. Daniel Morel insiste : il y a encore place à l’amélioration et il y a encore des lacunes et des erreurs.

Plaintes au CRTC

Il est nécessaire de transmettre les plaintes au CRTC directement. Quand une plainte est reçue au CRTC, elle est acheminée à l’analyste en charge de ce type de problèmes. Mode d’emploi.

Sous-titrage

Il a fallu 30 ans, mais nous avons gagné la reconnaissance de nos droits
avec le sous-titrage à la télévision. Mais, il faut maintenir la pression, disent Daniel Morel et Julie Brousseau.

Un bibliothécaire à l’écoute

Marc-André Bernier est détenteur d’une maîtrise en bibliothéconomie et sciences de l’information. Il est bibliothécaire médiateur à la bibliothèque Le Prévost dans l’arrondissement Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension. Marc-André est le seul bibliothécaire sourd à Montréal. Voici son parcours.

8 astuces pour réduire l’impact de la stigmatisation

La stigmatisation existe à l’extérieur et dépend de l’entourage de la personne
malentendante, mais elle peut aussi se manifester à l’intérieur d’elle-même. Des changements dans les habitudes de vie et dans le quotidien réduiront les impacts de la stigmatisation et amélioreront la perception de soi. Astuce numéro 1 : assumer la responsabilité de sa perte auditive. Découvrez 8 astuces pour réduire l’impact de la stigmatisation.

Expérience d’une malentendante au cinéma

Roselyne Landry a grandi près d’une vieille salle de cinéma qui a nourri son enfance de westerns, de films d’action pour adolescents et de films sur Elvis Presley. Pour elle, le cinéma est depuis toujours une passion dévorante qui la stimule, la divertit, la
fait voyager et l’aide à vivre avec mon handicap auditif. Témoignage.

Êtes-vous isolés socialement?

Les personnes atteintes de déficience auditive attendent sept à dix ans avant de consulter un spécialiste. Pendant ce temps, l’audition se dégrade. Mais pourquoi attendre si longtemps? La réponse de Daniel Morel.

Aller au contenu principal