Quel professionnel de l’audition dois-je consulter en premier ?

Les audiologistes sont de bons alliés, car vous aurez une évaluation audiologique globale et vous serez référés à d’autres professionnels de l’audition selon vos besoins. Par exemple, un ORL en cas de problème physiologique ou un audioprothésiste, en cas de besoin d’une aide auditive.

Quelle est la différence entre le secteur public et le secteur privé ?

Dans le secteur public, il faut être dans la liste d’attente du département d’audiologie d’un centre hospitalier. Malheureusement, la période d’attente peut être longue.

Dans le secteur privé, les grandes bannières regroupent généralement les trois types de professionnels (audiologiste, audioprothésiste, ORL). Il y a évidemment des frais.

À vous de voir ce qui vous convient le mieux à vos besoins.

Les aides de suppléance à l’audition

Dany Lasablonnière, vice-président chez Oreille Bionique, dévoile les solutions d’adaptation au travail et les aides auditives, couvrant privé et RAMQ, pour améliorer l’audition.

Les CHSLD et la santé auditive, un partenariat à développer et à maintenir

La presque totalité des personnes en CHSLD présentent des troubles auditifs, des troubles langagiers réceptifs ou expressifs, cognitifs ou moteurs qui peuvent nuire à des échanges de qualité avec leurs visiteurs ; il est donc nécessaire de mettre en place
des adaptations pour faciliter la communication pour tous.

Programmes de réadaptation en déficience auditive

Quand l’aide (ou la prothèse) auditive ne suffit pas, il peut être nécessaire de diriger une personne vers un programme de réadaptation auditive du CISSS régional pour avoir accès à des ressources supplémentaires.  Voici la lire des centres par région.

Crédits d’impôts pour conditions médicales

Recevez-vous les crédits d’impôts pour condition médicale auxquels vous avez droit? M. Alain Savoie, vice-président de Remboursement Alisa, vous explique tout! Cette conférence est également interprétée en LSQ.

Statistiques

Selon le premier rapport de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) déposé le 2 mars 2021, une personne sur quatre pourrait avoir des problèmes auditifs d’ici 2050, soit plus d’un milliard de personnes. Depuis la dernière décennie, les statistiques dénombrant les personnes atteintes de problème auditifs au Canada ne cessent de croître et touchent une population de plus en plus jeune.

Entrevue avec Dany Lasablonnière

L’Oreille Bionique est une entreprise qui répond aux besoins des clients malentendants en lien avec les aides de suppléance à l’audition. Entrevue avec Dany Lasablonnière autour de son parcours de vie et des services offerts par l’entreprise.

Le New York Times sensibilise ses nombreux lecteurs aux impacts de la surdité

De nouvelles études ont démontré une association claire entre une perte auditive non traitée et un risque accru de démence, de dépression, de chutes et même de maladies cardiovasculaires. Des chercheurs de Johns Hopkins Bloomberg School of Public Health ont découvert qu’une perte auditive non traitée augmentait le risque de développer une démence de 50% et une dépression de 40% et ce, en seulement cinq ans. Focus sur cet article du New York Times et la situation de la perte auditive aux États-Unis.

Aller au contenu principal